Chargement Évènements

Rayonner. De l’ancrage local au rayonnement international


Un des défis majeurs que rencontrent les opérateurs culturels est de concilier ancrage local et rayonnement international, ce qui suppose que le lieu culturel soit à la fois impliqué dans la vie de la cité, mais qu’il puisse aussi rayonner par-delà les frontières, qu’elles soient régionales ou nationales. Si ces deux dimensions ne s’excluent pas l’une l’autre, il n’en demeure pas moins qu’elles contribuent à dessiner des territoires mouvants, mettant en oeuvre des actions de médiation et de communication à géométrie variable, impliquant différents types de relais médiatiques et de prescripteurs culturels.


Intervenants :
 
> Par amour pour Montréal
Le 375e anniversaire de la ville comme reconfiguration des logiques au cœur des événements culturels

Par Fannie Valois-Nadeau
 
À l’occasion des 375 ans de sa création, la Ville de Montréal a emboîté le pas aux grands événements culturels internationaux et a pensé la fête comme un moyen de « créer des ponts ». Mobilisation des publics locaux, accroissement du tourisme international, engagement d’une certaine élite économique, mise en scène de nouvelles formes d’appartenance à la ville, l’événement a non seulement favorisé l’émergence de nouvelles voix, pratiques et lieux culturels mais a également contribué à valoriser une fierté locale qui se dessine encore à travers son image internationale.
 
Fannie Valois-Nadeau est chargée de cours à l’Université du Québec en Outaouais et détentrice d’un doctorat en communication à l’Université de Montréal. Chercheure spécialisée en études culturelles, elle s’intéresse particulièrement aux articulations économiques et politiques au coeur des phénomènes culturels populaires contemporains, ainsi qu’aux approches communicationnelles de la mémoire et du sport. Elle est membre du laboratoire Culture Populaire Connaissance et Critique (CPCC).
 
 
> Articuler les objectifs
Par Jean-Christophe Levassor
 
Développer une offre d’excellence, la rendre accessible à tous, contribuer au marketing du territoire, favoriser le vivre ensemble au sein d’une communauté, travailler avec « les habitants », faire venir des grands noms, développer les artistes locaux… Les objectifs des bailleurs (privés ou publics), des consommateurs ou encore des usagers de l’activité culturelle et artistique sont parfois contradictoires. Un travail d’équilibriste qui tente au quotidien de faire en sorte qu’une cause enrichisse l’autre.
 
Jean-Christophe Levassor est, depuis janvier 2016, directeur de la Condition Publique, laboratoire créatif au coeur du quartier du Pile à Roubaix. Auparavant, il a travaillé dans l’administration et la production dans le spectacle vivant (Théâtre National de Chaillot, Centre Dramatique National de Nancy Lorraine) ; vécu une expérience au ministère français de la culture et de la communication au bureau du secteur audiovisuel public et, de 2011 à 2015, été le directeur de la culture de la Métropole Européenne de Lille.
 
 
> Investir les lieux et fabriquer les villes
Par Sophie Gravereau
 
Dans quelle mesure la transformation des friches industrielles participe-t-elle à la construction de l’image de la ville et de l’identité des habitants ? Au départ d’une série d’exemples concrets issus du nord-est parisien, de l’agglomération lilloise ou encore de Lisbonne (Le 104, La Forge, la Maison des métallos, les Frigos, la Maison Folie de Wazemmes, la Gare Saint-Sauveur, la Condition publique, la LX Factory) et sur base d’un travail ethnographique comparatif, cette intervention vous proposera de réfléchir à l’incertitude comme outil de description et d’analyse des phénomènes urbains, proprement locaux, municipaux, régionaux.
 
Sophie Gravereau est anthropologue et sociologue. Elle est chercheure rattachée au laboratoire TVES (Lille 1-ULCO) et chercheure associée au IIAC-EHESS ; elle est maître de conférences à l’université du Littoral-Côte d’Opale et responsable du master « Culture, création artistique et développement des territoires ». Ces principales recherches interrogent les rapports qu’entretiennent les individus aux lieux et aux territoires urbains qu’ils investissent et aux enjeux culturels, identitaires, patrimoniaux et sociétaux, émergeant dans un contexte de mondialisation, que sous-tendent ses relations.


Jeu 25.10 – 9h > 13h
Ateliers des Fucam
 
Inscription et paiement en ligne en cliquant sur le bouton « tickets ».
Inscription par mail à inscription@monscapitaleculturelle.eu en précisant vos coordonnées complètes.
 
Tarifs :
15€ par workshop (tartines et soupe comprises) – 65€ pour les 5
Gratuit pour les étudiants (hors repas)


Retrouvez ci-dessous le programme des workshops organisés dans le cadre d’Habiter la ville – Habiter la culture.
 
Workshop #1
Rayonner. De l’ancrage local au rayonnement international
Jeudi 25 octobre – 9h > 13h – Ateliers des Fucam
 
Workshop #2
Valoriser. Patrimoine et autres formes d’héritage
Jeudi 29 novembre – 9h > 13h – Maison Folie
 
Workshop #3
Mobiliser. Nouveaux modes de participation dans le secteur culturel
Jeudi 21 février – 9h > 13h – Maison Folie – Espace des possibles
 
Workshop #4
Aménager. Recomposition du territoire urbain et de l’espace public
Jeudi 28 mars – 9h > 13h – Ateliers Fucam
 
Journée de partage d’expériences
Réinventer la Culture
Jeudi 16 mai – 10h > 17h – Lieu à définir


Ce temps fort vous est proposé dans le cadre de la Biennale 2018 – 19 de Mons, Capitale culturelle.
 
Retrouvez ici tous les spectacles proposés sur Mars pendant la Biennale.
Et découvrez la programmation complète sur le site monscapitaleculturelle.eu


Date(s) de représentation(s)

Habiter la ville – Habiter la culture 
Workshop #1
Hors les murs jeu. 25.10 — 09h00