Un peu d’histoire.

ligne-rouge
 
Née il y a près de 15 ans, l’identité du Manège, aujourd’hui Mars, s’est construite autour de deux événements majeurs.
 
Sa création en 2002 constitue un bouleversement particulièrement ambitieux dans le paysage culturel montois. En effet, Yves Vasseur, fraîchement nommé directeur de l’institution propose de fusionner deux institutions culturelles tournées vers la création et l’accompagnement des artistes (le Centre Dramatique Hennuyer et Musiques Nouvelles) avec un acteur essentiel dans la diffusion et la promotion des arts du spectacle (le Centre Culturel de la région de Mons).
 
La nouvelle structure montoise, appelée le manège.mons, est alors jumelée avec sa soeur maubeugeoise, pour renforcer et diversifier la proposition culturelle à Mons et à Maubeuge, et affirmer un partenariat transfrontalier, pertinent dans une logique européenne…
 
Les deux Manège(s) structurent leur communication en une seule brochure et créent des ponts inexistants entre deux régions pourtant si proches. L’inauguration du Théâtre Le Manège en 2006, sur les fondations d’un ancien manège militaire, donne à Mons un lieu fabuleux pour la création contemporaine, son nom est identique

à la scène dont il est complémentaire à Maubeuge. Les liens avec la France se renforcent lorsque, dans la foulée de Lille 2004, Capitale européenne de la Culture, sont ouvertes les Maison Folie de Mons et de Maubeuge.
 
Ensuite, dans la perspective de Mons 2015, Capitale européenne de la Culture, l’institution met son existence propre et son partenariat structurel avec le Manège de Maubeuge entre parenthèses pour porter à bout de bras plusieurs grands volets de la programmation artistique ainsi que la gestion administrative de Mons 2015.
 
La magie opère et donne lieu à des réalisations exceptionnelles. Au Théâtre le Manège, Wajdi Mouawad met en scène l’intégrale des Tragédies de Sophocle dans un marathon de 23 heures de théâtre tandis que Jaco Van Dormael, Michèle-Anne De Mey et le collectif Kiss & Cry font naître Cold Blood un soir de décembre. A la Maison Folie, en moyenne 20.000 personnes se rendent aux Ailleurs en Folie et s’impliquent dans les nombreux projets participatifs. Arsonic qui sort de terre au printemps fait revivre la figure incontournable de Roland de Lassus, qui renaît notamment au travers d’une Grande Clameur réunissant 500 choristes sur les marches de Sainte Waudru… En 2015, l’institution a osé un autre rapport à l’art et à la cité, s’est imprégnée de son territoire et de son ancrage, tout en multipliant les collaborations internationales. Elle a franchi un cap lors de cette année capitale, qu’il est aujourd’hui impossible d’ignorer.
 
 

Pourquoi avoir changé de nom ?

ligne-rouge
 
Ce changement de nom incarne le nouveau projet post Mons 2015.
Dirigé par Philippe Degeneffe depuis mars 2016, MARS entend poursuivre les métamorphoses auxquelles il a participé, tout en capitalisant sur son expertise de création.
 
Au-delà de la réflexion sur son identité, l’institution a mis en place un processus participatif (visible sur www.choisissonsensemble.be), en interne et en externe, pour arriver à ce renouvellement. Elle voulait réaffirmer par là sa considération pour le public, porter avec toutes ses équipes un projet commun et clarifier auprès de tous son identité.
 
L’ancien nom manège.mons, faisait référence directement à l’un des 10 lieux gérés par MARS : le Théâtre le Manège. Cela créait une confusion à plusieurs niveaux. En changeant de nom, MARS se rapproche de sa véritable identité unique et multiple. Il n’est pas uniquement un théâtre de création, mais une multitude de lieux, de personnes, de disciplines artistiques et de projets culturels.
 
Ce nouveau départ marque également la fin de la relation structurelle avec le Manège de Maubeuge (même si de liens forts persistent et se concrétiseront autour d’un projet transfrontalier annuel), et le début d’une complicité de projets, non seulement avec son ancien partenaire, mais aussi avec de multiples structures belges et internationales, dans la continuité du réseau de Mons 2015.
 
 

Mars en quelques mots clés

ligne-rouge
 

Une structure unique

Mars est un opérateur culturel majeur en Fédération Wallonie-Bruxelles, né de la fusion d’un Centre culturel régional, d’un Centre Dramatique et d’une structure de création musicale Musiques Nouvelles.
Il gère dix lieux : Arsonic, le Théâtre Le Manège (et sa salle de répétitions), le Théâtre Royal, la Salle des
Redoutes, la Maison Folie (comprenant l’Espace des Possibles, la salle Abalestriers, la Margin’halle), l’Auditorium Abel Dubois et le 106.
Mars emploie 80 personnes et remplit de nombreuses missions dont trois sont prioritaires : la création artistique, la diffusion de spectacles et la citoyenneté/animation de la cité.
 

Un métier : les arts vivants

Mars est complémentaire du Pôle muséal montois pour les arts plastiques, car il constitue la référence de la région en matière d’arts vivants sous de nombreuses formes : théâtre, musique, danse, humour, variétés, street culture, etc..
 

Un pilier : la création

Chaque année, Mars accompagne une quinzaine de créations, c’est-à-dire des tentatives ambitieuses de faire émerger sur une scène le nouveau, l’émotion, la beauté ou tout cela à la fois. Ce métier d’accompagner les artistes dans l’aventure extraordinaire de créer, Mars le réalise grâce à des outils (salle de répétitions), des savoirs-faire, et des réseaux uniques et précieux (coproductions, artistes associés, festivals internationaux).
 

Une préoccupation : le citoyen et la cité

La ville et le citoyen sont au coeur du projet de Mars. Il se fixe pour mission d’ouvrir toujours plus grandes les portes de ses lieux et d’aller chercher les questions aux coins des rues où elles se posent. Il oeuvre à se rapprocher toujours plus des écoles, des commerces, des associations, des musées et autres institutions culturelles pour ne faire qu’un avec la cité.
 

Un catalyseur de liens

Mars se trouve au coeur de la Capitale culturelle de la Wallonie et entretient une complicité de projets avec de nombreuses institutions culturelles: Arts², les Jeunesses musicales, l’Orchestre Royal de Chambre de Wallonie, le Manège de Maubeuge, le Festival Musical du Hainaut, la Fondation Mons 2025 etc… Mars tente d’associer un maximum d’énergies culturelles locales, nationales voire internationales à la dynamique de rencontre entre publics et artistes d’aujourd’hui.
Un héritage. Le Manège Mons a énormément contribué au succès de la Capitale européenne de la Culture et Mars porte aujourd’hui les projets de la biennale portée par la Fondation Mons 2025.
 
 

Taille du texte
Modifier le contraste